Un petit café à la cannelle et on papote

Alors, on en parle ?

J’assume complètement ma schizophrénie et je le dis sans hésitation qu’une des raisons majeures qui m’ont poussée à créer ce blog va bien au-delà du partage d’astuces et de recettes. Ce que je recherche dans ce monde virtuel ceux sont les interactions humaines.

Il y a quelque temps, j’ai lu un petit article qui disait que les femmes qui avaient un soutien émotionnel contrôleraient mieux leurs habitudes alimentaires. Et vous savez quoi ? Je pense que ça va plus loin que ça. Je crois pleinement à ce « réseau de soutien ». Il a joué un rôle fondamental dans mon processus de changement de vie. Parce qu’au final, je me rends compte que c’est bien ça la vérité. On n’a pas besoin de perdre du poids, on n’a pas besoin de changer notre coupe de cheveux, ou faire un traitement pour les vergetures et la cellulite. Ce qu’il nous faut c’est redonner du sens à notre vie. Le reste vient avec, c’est cadeau !

Parmi mes aventures sur la toile, j’ai pu rencontrer tellement des gens sympas que je n’ai pas pu m’empêcher d’envisager d’ajouter cet onglet quand j’ai créé le site. C’est grâce au monde virtuel que j’ai pu boire un petit café à la cannelle sur un balcon super sympa pendant que j’étais en vacances au Brésil. C’était ici que la recette de pain au fromage de ma grande-tante a fini sur le magnifique blog de mon amie virtuelle Claudia Curici, une fille roumaine qui vit au Texas et qui a fait de ma tante Jovita une petite célébrité.

Grace au net, j’ai rencontré un méga guerrière de la côte de São Paulo qui m’a montré que changer n’est pas facile, mais que l’envie de surmonter les obstacles peut être beaucoup plus grande que les barrières que l’on trouve sur le chemin (et cela, c’est une leçon de vie qui va bien au-delà de la guerre contre la balance). Je m’amuse à suivre la vie d’une nutritionniste de Rio de Janeiro qui vient d’avoir son diplôme, mais qui mène une bataille beaucoup plus grande que changer de métier. C’est dans ce monde parallèle, de petits écrans de téléphone que j’ai découvert l’histoire de cette fille avec un grand sourire qui gagne sa vie en faisant de la pâtisserie et qui cherche à s’accepter telle qu’elle est et qui essaie de se permettre de vivre la vie qu’elle mérite. J’ai aussi partagé un peu la bataille de la maman courageuse d’un petit garçon intelligent qui est en train de travailler sur une version plus positive d’elle-même. Etc… Etc… Etc…

Pinit

J’ai toujours eu des conversations tellement riches avec mes amis et ma famille que j’ai redécouvert le soutien et l’amour de mes proches en me rendant compte que j’ai vraiment beaucoup de monde qui m’encouragent activement.

Et au fur et à mesure de mes nouvelles rencontres, je suis de plus en plus ravie et le processus à encore plus de sens. Je ne suis coach de rien. Je ne suis pas nutritionniste, ni psy, ou quoi que ce soit. Je suis moi-même. Et je veux connaitre ton histoire. Je veux te raconter la mienne. Je suis certaine qu’ensemble on peut être plus fort car nos trajectoires sont, au final, beaucoup plus similaires qu’on l ne le croit.

C’est ma raison de dire : prends une chaise, allez… on fait un petit café avec cannelle et on va discuter. On peut parler de la vie, de la pluie et du beau temps, du monde, des chiens et des chats, de la plage, de la campagne, des grandes villes, du cinéma, des bouquins, des feuilletons… et tant qu’on y est, si jamais ça nous arrive de parler des changements dans nos vies, encore mieux, non?